Réglisse

Glycyrrhiza glabra L.

Fabaceae

La réglisse est une plante sucrée et elle peut être considérée comme adaptogène car elle est capable de réguler le fonctionnement des glandes surrénales épuisées par le stress chronique grâce à ses saponosides triterpéniques avec les corticoïdes.

Elle est aussi appelée bois doux, bois sucré, racine douce, herbe aux tanneurs, racine bonne, racine douce.

L’origine de son nom provient de ” glycos ” en grec qui signifie “sucre” et “riza” qui veut dire “racines”

Peut-être aussi que son nom est emprunté au mot “règle” car elle est vendue en bâton.

Botanique

Sous-arbrisseau vivace d’1 mètre de haut originaire de la région méditerranéenne à rhizome traçant parfois très étendu.

Cultivée dans le Gard et dans l’Hérault.

On la retrouve en Europe méridionale, en Afrique du Nord, en Asie du Sud-Ouest.

Ses feuilles sont ovales, grandes, composées.

Ses fleurs sont petites, bleues, en grappes allongées.

Leur floraison a lieu en juin et juillet.

Histoire

Une des plantes médicinales les plus utilisées dans le monde.

Elle était bien connue des Grecs et des Romains.

Connue de Théophraste et Sainte Hidegarde qui l’utilisaient pour éclaicir la voix et dégager les bronches.

Pline l’Ancien et Dioscoride lui attribuent des propriétés pour calmer la toux, soulager les maux d’estomac, clarifier la voix, adoucir l’humeur.

Les Anciens la nommaient ” scythique” car de redoutables guerriers pouvaient, en la mâchant, tout simplement rester 10 à 12 jours sans absorber ni boisson ni nourriture, car elle calme et apaise la soif et la faim.

Mélangée à du chiendent ou à de l’orge, on retrouve la fameuse boisson dite “hospitalière” qui se trouvait sur toutes les tables de chevet dans les hôpitaux.

A Paris à la fin du  XVIIIème siècle, la boisson qu’on appelait “coco” ( parce qu’on avait l’habitude de la servir dans une moitié de noix de coco en guise de verre) et qui n’était autre que la racine de réglisse séchée et réduite en poudre, eut un très grand succès : on en vendait dans les cafés, sur les boulevards, dans les jardins publics.

En 1950, des chercheurs hollandais démontrent son effet bénéfique sur l’estomac.

Les parties utilisées en herboristerie

La racine ou rhizome se récolte en automne sur des plants âgés de plus de 3 ans.

Le rhizome est vendu en herboristerie sous forme de bâton de 15 à 20 cm de long ou sous forme de rhizome effiloché.

Il a une faible odeur, à saveur sucrée, légèrement aromatique

Il contient de la glycyrrhizine, de l’acide glyccyrrhétique, principes voisins de la cortisone.

Les constituants connus :

  • saponosides
  • flavonoïdes
  • terpénoïdes et stéroïdes
  • polysaccharides

Les propriétés principales de la réglisse

La glycyyrrhizine lui confère des propriétés expectorantes et antitussives et anti-bactérienne et antivirale.

L’enoxolone a une action anti-inflammatoire proche de la cortisone.

Les flavonoïdes sont spasmolytiques – traitement des ulcères gastriques).

Les stéroïdes lui confèrent des propriétés oestrogéniques.

Les composants de la réglisse permettent la reconstitution rapide de nouvelles cellules.

La tension superficielle élevée du suc couvre d’une couche protectrice l’altération de la muqueuse.

Donc cicatrisation rapide et douleurs apaisées.

Attention à prises fortes, la réglisse peut-être dangereuse : symptômes débutant par une forte hypertension, suivis de paralysie et troubles du rythme cardiaque.

Voie interne :

  • anti-spasmodique
  • anti-inflammatoire
  • cicatrisant
  • anti-ulcéreux
  • expectorant, béchique
  • anti-infectieux
  • anti-fongique
  • immunomodulateur
  • hépato-protecteur
  • stimule le cortex surrénalien
  • laxatif léger
  • édulcorant

Voie externe :

  • anti-inflammatoire

Quelles sont ses indications ?

Elle est recommandée contre le rhume, la bronchite, les maux de gorge, les laryngites, les gastrites, les ulcères de l’estomac.

  • sphère respiratoire = toux et inflammation des voies respiratoires.
  • sphère digestive = ulcères gastro-duodénaux, gastrite, éructations, flatulences
  • autres = fatigue chronique et maladies auto-immunes.

Voie externe : aphtes, stomatite, gingivite.

Comment l’employer en herboristerie ?

Les différentes formes galéniques

  • infusion

Recette

A raison d’une cuillère à café de rhizome effiloché pour 1/4 de litre d’eau froide.

Porter à ébullition jusqu’à frémissement.

Laisser infuser 10 minutes.

Filtrer et boire 2 tasses par jour.

  • extrait standardisé ou Teinture-Mère

30 gouttes dans un peu d’eau 2 fois par jour

  • gargarisme et bain de bouche

Faire un décocté

40 à 50 g pour 1 litre d’eau.

Faire bouillir 1/4 d’heure.

Boire dans la journée ou s’en servir pour se rincer la bouche et la gorge.

  • exemples d’utilisation

En raison de son pouvoir sucrant et son effet synergique, le rhizome de réglisse est très largement utilisé en herboristerie.

Il entre dans la composition de très nombreuses formules de tisanes composées.

On le retrouve principalement dans les tisanes destinées à soulager les manifestations inflammatoires des muqueuses gastriques, intestinales ou respirantes.

Recette d’une boisson fraîche et rafraîchissante

Faire macérer pendant 24 heures, 40 g de réglisse épluchée dans 1 litre d’eau froide.

Faire bouillir pendant 20 minutes; 20 g de racines de chiendent dans 1 litre d’eau.

Mélangez ces deux préparations, quand la seconde est froide.

Sucrez au miel, ajoutez le zeste d’un citron non traité et vous aurez la “bonne à tout”…

Quelles sont ses contre-indications ?

A doses élevées ingérées de façon prolongée engendrent une baisse du potassium, des œdèmes généralisés et de l’hypertension.

Ne pas absorber plus de 50 g/litre.

Pas de prise au delà de 6 semaines.

Prudence chez les personnes hypertendues, cardiaques, surtout avec les extraits de réglisse (cachou, pastis sans alcool,…).

En résumé

Grande plante médicinale, aux multiples actions et dans des domaines variés.

Très utilisée en médecine traditionnelle chinoise.

Très utilisée dans de nombreux mélanges.

 

 

Please follow and like us: