macrobiotique (2)La macrobiotique ou la « zen macrobiotique » est un art de vivre ou une philosophie dont une des applications est alimentaire.

Elle est globale : elle regroupe l’hygiène de vie dont l’alimentation représente une grande importance. Sans manque, ni excès l’homme doit trouver dans celle-ci ce dont il a besoin pour profiter de son énergie vitale. L’intérêt est d’allier des conseils pour une excellente hygiène de vie et une santé durable : « macro » = grand et « bio » = vie. C’est une discipline qui vise la longévité.

Les origines de la macrobiotique

Elle est issue d’un régime japonais inventé à partir de l’ère Meiji ( XIXe siècle) par un médecin connu de l’époque : Sagen Ishizuka. Il fut le premier a proposé un modèle diététique basé principalement sur le riz complet et les légumes. La philosophie globale, la macrobiotique, fut développée par George Ohsawa, penseur et scientifique japonais du XXe siècle.

Le principe de la macrobiotique est issu des théories orientales ancestrales qui constatent l’opposition et la complémentarité en toute chose : froid et chaud, haut et bas, sombre et lumineux,…C’est le principe du Ying et du Yang. George Ohsawa créa le « principe unique » ou « principe du monisme polarisable ». Une des pensées est que L’Homme fait partie intégrante de la Terre et de ses semblables : animaux, plantes, pierres, …Il doit vivre en symbiose avec tous.

Santé et maladie

D’après cette philosophie, il n’existe qu’une seule maladie universelle, l’arrogance, qui est l’expression extrême de l’égocentrisme. Toutes les autres maladies n’en seraient que des manifestations. L’égocentrisme implique un manque de vision d’ensemble : on se considère séparé du reste. La maladie est considérée comme une réaction naturelle du corps pour se rééquilibrer. Pendant ce processus, il élimine les excès nocifs : ce qu’on appelle les symptômes. En macrobiotique, à ce stade, on doit intervenir le moins possible ( en faisant confiance au corps) en attendant la fin de l’élimination. C’est à ce moment là qu’il est recommandé d’appliquer le régime curatif, qui consiste à manger assez strictement, selon un certain équilibre Ying et Yang. L’intérêt de cette alimentation est de ne pas nourrir la maladie tout en facilitant le nettoyage naturel de l’organisme.

La macrobiotique curative fait aussi appel à de nombreux remèdes externes et à l’usage d’aliments spécifiques, basés sur la médecine traditionnelle extrême-orientale et sur les propres découvertes de George Ohsawa, lequel expérimenta sur lui-même les effets de nombreux aliments.

En macrobiotique, si la maladie est l’arrogance, la santé est, son contraire, l’humilité ( au niveau du comportement mais aussi de l’état profond). George Ohsawa détermine 7 conditions qui permettent de voir si on est en bonne santé , en spécifiant que la septième est aussi importante que les six premières réunies.

  • Pas de fatigue : ne pas être amené à dire « c’est impossible, c’est trop difficile »
  • Bon sommeil : pouvoir récupérer complètement avec 4 à 6 heures de sommeil
  • Bon appétit : pouvoir apprécier, avec plaisir et reconnaissance, un bout de pain ou un peu de riz complet
  • Bonne mémoire : pouvoir se rappeler tous ceux qui nous ont aidés pendant notre vie et même avant
  • Bonne humeur : arriver à considérer que tout et tout le monde est agréable
  • Rapidité de jugement et d’action : pouvoir agir de manière juste et précise quand c’est nécessaire
  • Justice : éprouver en permanence un sentiment de gratitude

L’alimentation selon la macrobiotique

Il s’agit d’une application pratique et logique du Principe unique. Le développement humain ( physique, mental et spirituel ) doit se faire de manière naturelle. Si ce n’est pas le cas, c’est qu’on l’en empêche. Tout ce qui vit se nourrit et chaque être a besoin d’une alimentation adaptée. Selon cette vision du monde, il existerait des aliments spécifiques à l’homme, Etre de conscience. Cette diététique est respectueuse de la nature, des Hommes et de soi. Appliquer l’étude du Yin et du Yang, permet d’adapter constamment l’alimentation, au vu des situations changeantes en permanence. Cette diététique est en accord avec les besoins du corps humain, en fonction du profil de chacun et de ses humeurs ( théorie qui reprend celle d’Hippocrate).

macrobiotique

La macrobiotique est une médecine, une philosophie et une cuisine.

La cuisine macrobiotique est naturelle, simple, basée sur la complémentarité des aliments. Elle est riche en fibres, minéraux, vitamines et glucides complexes. Elle est végétalienne, biologique : sans produits d’origine animale, ni céréales et sucres raffinés. Les céréales, les légumes, et les légumineuses sont cuits selon leurs différents modes respectueux de leurs valeurs nutritionnelles.

Avant tout, il faudra éviter les produits industriels raffinés et ceux dont vous êtes intolérant bien entendu.

L’association est primordiale pour des repas complets et équilibrés.

– une portion de céréales ( moitié de l’assiette) : riz, orge, millet, quinoa, sarrasin, avoine cuites à l’étouffée, à feux doux.

– une portion de légumes crus et/ou cuits, majoritairement verts ( 30 % de l’assiette) : salade, brocoli, chou, cresson, carottes, oignons, …cuits à la vapeur.

– produits fermentés crus ( 5 à 10%) : choucroute, miso, pickles agrémentés d’algues ( kombu, wakamé, nori ), d’herbes fraîches et de plantes sauvages.

– utiliser des matières grasses d’origine végétale ( huiles de première pression à froid, oléagineux,…).

macrobiotique

Certains aliments sont exclus comme les produits laitiers, les aliments d’origine animale ( si vous souhaitez en intégrer, préférer le poisson), les desserts ( préférer ceux aux sucres complets et naturels). La qualité de l’eau et du thé devra aussi être surveillée : thé vert de brindille ( kukicha), de riz rôti ( genmaicha) et d’orge rôti ( mugicha).

Cette alimentation propose des aliments riches en antioxydants et qui limitent le cholestérol. Elle est recommandée pour les personnes atteintes de cancers.

L’assiette macrobiotique permet au corps d’être parfaitement rassasié et au palais d’être comblé avec les diverses saveurs. Bien sûr la qualité des aliments sera très importante, locale, de terroir, de saison, biologique. Manger aussi dans de bonnes conditions émotionnelles : dans le calme et en prenant le temps.

La nourriture que vous ingérez quotidiennement a une influence directe sur votre physique mais aussi sur votre mental et votre rapport aux choses. L’énergie vivante concentrée dans la nourriture va circuler dans tout votre organisme. Pour cela, il faut bien connaître son profil, afin d’adapter son régime à ses besoins ( plutôt qu’à ses envies).

Plusieurs éléments influencent l’énergie des aliments : le lieu de culture, le rythme de croissance, le climat, la direction dans laquelle ils poussent,…Le type de cuisson joue aussi un rôle : elle est ascendante pour la vapeur, expansive pour la friture, et descendante pour l’étouffée.

Si vous avez décidé de l’adopter, votre corps en appréciera les effets au bout d’une semaine ( renouvellement des globules blancs) et quatre mois ( renouvellement des globules rouges).

La cuisine macrobiotique est très intéressante : elle peut cependant induire des carences. Il est recommandé de l’appliquer avec prudence et de bien respecter ses besoins.

Please follow and like us: