Les japonais ont-ils intérêt à manger du blé

Le riz représente au Japon la principale source alimentaire de céréales.

La cuisine occcidentale a fait son arrivée au Japon ces dernières années amenant avec elle des plats, au goût sucré bien plus prononcé, et introduisant le pain dans les assiettes japonaises.

Les boulangeries occidentales se sont beaucoup développées.

Les Japonais ont augmenté leur consommation de blé mais ont-ils vraiment raison ?

 

L’histoire du blé au Japon

Ce pays a connu de grande pénurie de riz ( pendant la deuxième guerre shinto et mondiale) : la production était inférieure à leur consommation. Ils en consomment aux trois repas, le riz est considéré comme le pain chez nous. Ils ont donc commencé à se tourner vers d’autres céréales dont le blé proposé par les Américains et les plats chinois qui en contenaient.

Et après la seconde guerre mondiale, le Japon a signé un traité avec les Etats-Unis, afin d’acheter l’excédent de blé américain.

Les campagnes publicitaires, destinées à modifier le comportement alimentaire des Japonais, se sont multipliées. Il fallait écouler le blé. Les japonais se sont donc mis à en consommer de plus en plus sous différentes formes : les produits comme le pain, les croissants et autres viennoiseries des boulangeries dites « à la française ». Les pâtes « ramen » ( pâtes chinoises de blé) ont eu aussi un grand succès.

Les problèmes de santé se sont multipliés et le gouvernement a dû faire machine arrière : il a mis en place des campagnes pour réintégrer le riz dans l’alimentation des nouvelles générations.

Quels problèmes de santé le blé peut-il amener ?

La qualité du blé a baissé et il s’est répandu de manière fulgurante.

Le blé est la céréale la plus répandue en France : un français en consomme 70 kilos par an.

Elle a fait son apparition il y a 200 000 milles ans. Il s’est répandu de plus en plus mis. Son mode de culture était le suivant : semé, moissonné et fauché à la main, et une fois récolté, travaillé par le pas des agriculteurs et des chevaux. Depuis les années 1960, il a subi de nombreux croisements. Il a été hybridé pour rentabiliser sa production : résultat les nombre de chromosomes a été multiplié par 3.

Personne ne connaît, à l’heure actuelle, les réelles répercussions de cette modification génétique.

C’est le seul aliment qui connaît ce phénomène.

La quantité de gluten a donc elle aussi été multipliée par trois pour rendre le travail du pain plus facile.

Le gluten est une composante des protéines de grain de blé, ce qui rend la farine panifiable en formant une substance élastique.

Ses propriétés permettent d’améliorer la cuisson de la farine et la cohésion de la mie.

Ce qui n’a pas échappé aux industriels de l’agro-alimentaire qui n’ont pas cessé d’augmenter les quantités de gluten dans le processus de fabrication du pain. Celle-ci est devenue plus performante et plus aisée mais de moins en moins assimilable par l’intestin humain donc de moins en moins bon pour la santé.

Le gluten agit aussi comme exhausteur de goût, épaississant, stabilisant ce qui le rend très utile à la fabrication de tous les plats préparés vendus dans les supermarchés.

Dans quasiment tous les produits industriels transformés, il y a la présence de gluten :

  • pains                                                                                                                             Les Japonais ont-ils intérêt à manger du blé
  • pâtes ( vermicelles, raviolis, gnocchis, cannelloni,…)
  • semoule
  • céréales pour le petit déjeuner
  • huile de germe de blé
  • pâtisseries, pâtes à tarte ou à pizza
  • bières et alcools de grain ( vodka)
  • plats tout prêts de viande ou de poissons
  • soupes, potages, bouillons
  • purée de pommes de terre ou de légumes en flocons
  • sauces et assaisonnements préparés
  • mayonnaise
  • margarine
  • fromages à tartiner
  • charcuteries industrielles (pâtés, saucisses, saucissons, jambon,…)
  • chocolats industriels, confiseries, crèmes glacées
  • les poudres pour boissons instantanées

Quels problèmes pour la santé ?

C’est le mélange entre la prolamine et la gluténine combinées à de l’amidon.

C’est l’alpha-gliadine qui est responsable de la sensibilité et de l’intolérance au gluten ainsi que de la maladie cœliaque ( allergie grave des intestins).

Le premier stade est la sensibilité : un mal-être au quotidien qui se traduit par les signes suivants, réversibles à l’arrêt de la consommation de gluten :

  • des ballonnements
  • des troubles du transit
  • de l’eczéma
  • des maux de tête
  • de l’engourdissement
  • de la fatigue
  • des troubles du sommeil
  • du stress

Le deuxième stade est la maladie cœliaque qui est l’allergie au gluten.

Voici les troubles que vous pouvez rencontrer quand vous en souffrez :

  • des maux de tête
  • des douleurs abdominales ( gaz et ballonnements)
  • des diarrhées chroniques ou constipation
  • des éruptions cutanées
  • de la fatigue et une irritation
  • un état déprimé
  • des douleurs dans les os et articulations
  • des crampes musculaires
  • une perte de poids
  • une infertilité
  • le teint pâle
  • des aphtes dans la bouche

Le blé dans les assiettes : comment y remédier ?

Le blé aujourd’hui est de mauvaise qualité mais surtout il est présent dans tous les plats que nous consommons si nous les achetons aux supermarchés.

Il est essentiel de se nourrir à partir des matières premières : il faut cuisiner. Acheter aussi des ingrédients de qualité.

L’industrie agro-alimentaire propose des produits qui sont « un leurre » : vous n’êtes pas rassasiés et vous avez donc tout le temps envie de manger. Ils savent s’y prendre mais ne vous laissez pas berner.

Il ne s’agit, pour eux, que de « rentabilité » et de part de marché alléchante , moi je vous propose le bien-être.

Lassez-les de côté et préférez à tous les aliments cités ci-dessus : des fruits frais ou secs, des légumes, des oléagineux, des boîtes de sardines ( maquereaux, thon), …

Préférer aussi un pain de qualité, issu de l’agriculture biologique, à partir de farine de qualité et réduiser votre quantité consommée au quotidien.

Pensez à votre santé. Sans elle, on n’est rien !

Le Japon est un pays où l’on cuisine et c’est essentiel pour rester en bonne santé.

Les Japonais ont fait l’expérience du blé en trop grande quantité et ils ont vite fait machine arrière.

Ils sont soucieux de leur bien-être.

Ils consomment quand même du gluten mais bien moins que nous : en petite quantité et de manière occasionnelle.

Leur principale céréale reste le riz et non le blé et j’espère pour eux qu’ils vont continuer.

Le riz est énergétique et permet d’assurer une bonne croissance aux enfants bien plus que le blé.

A chaque fois que je m’y rends, je ne peux que constater les bienfaits de leur alimentation sur ma santé !

Please follow and like us: