Les principes actifs des plantes médicinales sont des substances contenues dans le végétal.

Leur unité est ce que l’on appelle le totum c’est-à-dire l’ensemble des molécules actives fournies par la plante.

C’est cette synergie des composés chimiques qui donne à la plante toutes ses propriétés thérapeutiques.

D’où son appellation : « médicinale »puisqu’elle permet de soigner.

Avec l’explosion de la chimie de synthèse, les plantes médicinales sont réduites à l’état de matière première.

Les médicaments puisent leur principe actif du végétal en l’isolant et en le synthétisant.

La médecine allopathique a souvent recours qu’à un seul principe actif ce qui le rend très souvent « agressif ».

Contrairement à la plante, qui les possède tous ce qui donne un juste équilibre.

La composition de la plante médicinale

La plante médicinale renferme un certain nombre de composés.

Tous sont synthétisés à partir de sucres, eux mêmes fabriqués à partir de CO2, d’eau ( H2O), et d’énergie lumineuse.

L’azote et le carbone jouent aussi un rôle dans cette synthèse de composés chimiques.

L’action de ces principes actifs dans la plante reste encore un mystère.

Voici quelques pistes de réflexion quant à leur intérêt pour la plante.

  • Ces composés constituent la plante car ils forment la structure du végétal mais peuvent être dans différents organes.
  • La plante vit grâce à eux.
  • Les constituants chimiques représentent une forme de réserve d’énergie.
  • Certains diront même qu’ils symbolisent l’énergie vitale ( comme le Ki en Médecine Traditionnelle Chinoise)
  • Les plantes communiquent avec leur environnement grâce à ces substances.
  • Il s’agit aussi d’un moyen de se protéger des agressions extérieures comme le soleil, les insectes considérés comme ennemis, …Face aux dangers, elles libèrent des molécules réceptionnées par les autres végétaux voisins.
  • Pour attirer leur pollinisateur et assurer la descendance de leur espèce, les plantes utilisent donc ces substances.

Ce n’est qu’une piste , bien sûr, le mystère de la nature et du monde végétal n’a pas été élucidé.

Ces principes actifs émane donc d’un être vivant, complexe et sensible.

Bien entendu, la qualité de son milieu naturel ( terre, soleil, eau, exposition, environnement, culture,état sauvage, agriculture biologique …) détermine la qualité de la plante et de ses constituants chimiques.

Une cueillette et une transformation respectueuse permettent aussi de préserver au maximum les composés naturels de la plante.

L’intérêt est alors de préserver au maximum cette énergie végétale.

Il existe une longue liste de constituants chimiques connus, avec chacun son intérêt et sa particularité.

Oses

Ce sont des sucres dont le nombre d’atome de carbone varie entre 3 et 9 mais le plus fréquent est 5 à 6.

Ils sont sources d’énergie.

Osides

Oligosaccharides

Les oligosides ( autre dénomination) sont le résultat de la condensation de 2 à 10 molécules d’oses.

Il s’agit de la réserve des végétaux et de la partie sucrée.

Polysaccharides

Il s’agit de polymères à haut poids moléculaires autrement dit des sucres polymérisés.

Ils assurent la rigidité des parois cellulaires.

Les polysaccharides stockent l’énergie ( amidon, glycogène).

Un de leu rôle est d’assurer la protection des tissus contre la déshydratation grâce à leur pouvoir hydrophile.

Ils ont aussi une action de défense.

Gommes

Elles représentent des macromolécules, dérivées du sucre, résultant la plupart du temps d’un traumatisme.

Elles deviennent visqueuses en contact avec l’eau.

Particulièrement caractéristiques de certaines familles Mimosacées, Rosacées, Combrétacées et Rutacées, on les utilise comme laxatif, émulsionnant, stabilisant,…

Mucilages

Macromolécules, dérivés des sucres, complexes et hétérogènes gonflent en présence de l’eau.

Elles sont donc émollients et adoucissantes.

Les familles botaniques qui en contiennent sont les Malvacées et les Fabacées.

Très intéressants en cas de constipation, de troubles pulmonaires et d’affections cutanées.

Exemple de plante : la guimauve et la mauve.

Pectines

Substances dérivées du sucre, qui a tendance à former un gel lors de leur contact avec l’eau.

Idéales pour soulager les problèmes de transit.

Hétérosides

Ils résultent d’une liaison entre le sucre et une molécule non osidiue ( génine ou aglycone).

C’est un autre groupe important des principes actifs.

Saponosides

Très fréquents chez les végétaux, ils constituent un vaste groupe.

Ce sont des hétérosides qui ont un pouvoir moussant.

Leur action est protectrice face aux attaques extérieures.

Leurs propriétés sont multiples : anti-inflammatoires, anti-tussives, expectorantes, diurétiques, digestives.

Acides aminés

Il s’agit d’une molécule organique contenant une fonction amine et une fonction acide.

Les acides aminés sont indispensables à l’élaboration des protéines.

Mais seulement une vingtaine ( contre 300 existants) servent à la fabrication de protéines pour le végétal.

Par exemple : la curcubitine contenue dans les semences de courge.

Lectines

Ces protéines sont capables de se fixer de fçon spécifique et réversible à des résidus osidiques des membranes cellulaires, sans montrer d’activité enzymatique.

Souvent, les lectines sont toxiques comme dans le gui.

 

Lipides

Esters d’acides gras et d’un alcool ou polyol.

Ce sont les constituants de structures cellulaires, les éléments de revêtement, et les substances de réserve.

Acides gras

Ils sont la source de fabrication des lipides.

Ils peuvent être saturés comme l’acide palmatique, caprique, laurique, myristique ou encore stéarique.

Soit ils sont insaturés avec comme exemple l’acide oléique, linoléique, linolénique, arachidonique et erucique.

En chimie, ce principe actif est un acide aliphatique ayant un groupement carboxylique et un nombre pair d’atomes carbone.

Acides phénols et dérivés

Ces principes actifs ont des propriétés de drainage mais aussi anti-inflammatoire et anti-oxydante.

Ils sont très répandus et existent de manière libre ou sous forme combinée à l’état d’esters ou d’hétérosides.

Par conséquent, on compte dans cette catégorie des acides phénols dérivés de l’acide

  • benzoïque : acide salycilique, gallique, vanillique, syringique.
  • cinnamique : acide coumarinique, caféique, férulique, quinique,…

Exemple de plantes : saule, busserole, gaulthérie, reine des prés, bouleau, pissenlit, plantain…

 

Composés phénoliques

Un des vastes ensembles des principes actifs.

Ces constituants regroupent les phénols et acides phénols, les coumarines, les lignanes, les flavonoïdes, les anthocyanosides, les tanins, les quinones.

Coumarines

Ces dérivés phénoliques dont la fonction principale est d’ordre circulatoire.

Par conséquent, ils protègent, tonifient les vaisseaux sanguins et diminuent leur perméabilité.

Par exemple : le marronnier d’Inde, le frêne, le mélilot, le pissenlit mais aussi l’angélique, la coriandre, le persil…

Lignanes

Composés phénoliques très répandus dans la nature se présentent sous différentes formes.

Lignanes, néolignanes, norlignanes, xantholignanes et lignoïdes.

Flavonoïdes

Ces constituants chimiques sont des polyphénols, pigments présents dans quasiment tous les végétaux sauf les algues.

Hydrosolubles, responsables de la coloration des fleurs, des feuilles, des fruits, ils sont très nombreux.

Leur principale propriété est circulatoire car ils sont riche en vitamine P.

Plus spécifiquement, ils sont anti-inflammatoires, anti-allergiques, protecteurs du fois, anti-oxydants, diurétiques,…

Ils regroupent les flavonols ( gingko), les flavones (réglisse), les flavonones ( angélique) mais aussi les isoflavones ( genêt à balais), les chalcones ( réglisse ) et enfin les aurones.

Anthocyanosides

Ce sont des pigments, hydrosolubles, responsables de la couleur rouge, rose, mauve, bleu ou violet des fleurs et des fruits.

Ces principes actifs ont des propriétés circulatoires par leur richesse en vitamine.

En effet, ils diminuent la perméabilité capillaire et augmentent la résistance des vaisseaux sanguin.

Ils limitent aussi les œdèmes.

Tanins

Substances poly-phénoliques à saveur astringente, elles tannent la peau pour la rendre imputrescible.

Très répandus dans la famille des Rosacées et Fabacées, ils ont la propriété d’être anti-diarrhéiques, anti-inflammatoires et vasoconstricteur.

Dérivés phénoliques

Il s’agit de la classe « fourre-tout » des constituants chimiques.

Par conséquent, ils peuvent être caractérisés par les curcuminoïdes et les gingérols ou bien encore les xanthones.

Leur action est leur remarquable activité anti-inflammatoire ( curcuma, gingembre, …) mais aussi anti-ulcéreuse, protectrice du foie.

Xanthones

Composés phénoliques sont responsables de la coloration jaune de certaines fleurs comme la gentiane, le millepertuis et la petite centaurée.

 

Terpènes

Ces dérivés hydro-carbonés représentent un vaste ensemble de métabolites des végétaux.

Ils regroupent les monoterpènes, les sesquiterpènes, les lactones sesquiterpéniques, les diterpènes, les triterpènes et les tétraterpènes dont les caroténoïdes.

Monoterpènes

Les plus simples de la série terpènes.

Ils sont présents dans les huiles essentielles.

Ils prennent aussi la dénomination d’alcools, d’aldéhydes, de cétones, d’esters, d’ethers, de phénols, de péroxydes.

Iridoïdes et sécoiridoides

Monoterpènes à structure cyclique ( 500 variétés) impliqués dans les interactions plante-animal.

Par exemple : l’aspérule odorante, le bouillon blanc, la gattilier, le lamier blanc, et bien d’autres encore.

Lactones sesquiterpéniques

Principes actifs très amers dont les propriétés sont toniques, stimulantes de l’appétit et des sécrétions digestives.

Ils sont aussi antibactériens et antifongiques.

Par contre, ils peuvent être responsables de dermites allergiques.

Les plantes qui en contiennent sont : l’artichaut, la bardane, le chardon marie, la chicorée, etc…

Diterpènes

Ces principes actifs des plantes sont des dérivés hydro-carbonés, constitués de 4 unités pentacarbonées ( isoprène).

Particulièrement abondants chez les familles botaniques suivantes : les lamiacées et asteracées.

Leur rôle physiologique est mal connu mais attention car ils peuvent se révéler très toxiques.

Caroténoïdes

Ces molécules sont des dérivés hydro-carbonés issus du squalène ( molécule C30).

Elles sont responsables de la couleur jaune, orangée et sont sensibles à l’oxydation.

Ils permettent de synthétiser la vitamine A dans les intestins et ont un rôle de prévention face aux maladies dégénératives.

Alcaloïdes

Ces composés chimiques représentent la majorité des principes actifs des plantes médicinales.

Présents dans de nombreux végétaux et situés dans n’importe quelle partie, ils ont des propriétés physiologiques marquées.

Souvent ils sont mélangés les uns aux autres et leur point commun, c’est l’azote.

De très nombreuses plantes en contiennent.

 

Huiles essentielles

Ces molécules sont volatiles et sont obtenues par la distillation par entraînement à la vapeur d’eau.

Elles sont surtout présentes dans les plantes aromatiques.

Oléorésines

De consistance molle ou semi-liquide, les oléorésines sont des exsudats de composés résineux et d’huiles essentielles.

Elles sont abondantes chez les conifères : pins, lentisque pistachier, arbre de manille.

 

Please follow and like us: