Les formes galéniques des plantes : extrait fluide, hydrolat, huiles essentielles, macérât glycériné,…

Vous êtes perdu ?

Pas de panique, voyons ensemble quels sont tous ces termes et leur importance en phytothérapie.

Il est important de rappeler qu’il s’agit des formes galéniques des plantes médicinales.

Autrement dit, elles sont la forme de mise à disposition des principes actifs pour l’organisme.

Les principes actifs ou composants chimiques sont ces éléments thérapeutiques dont la plante médicinale est constituée et qui vont nous aider à nous soigner.

Pourquoi est-il intéressant de les connaître ?

Le choix de la bonne plante pour un problème de santé n’est pas suffisant.

En effet, chaque plante se révèle à travers une forme privilégiée.

Une forme galénique sera plus intéressante à employer en fonction d’un problème de santé donné.

Par exemple : vous vous êtes brûlé, il sera plus judicieux d’appliquer une crème, un baume ou une huile que d’ingérer une capsule huileuse.

L’exemple est un peu simple mais efficace.

Bien sûr, en fonction aussi de l’activité de la plante que l’on souhaite, on adaptera la forme galénique de celle-ci.

Est-il question donc de réprimer les premiers symptômes d’un état infectieux (emploi alors d’une huile essentielle), de drainer l’organisme ( usage d’une tisane ou d’un extrait fluide), d’un rééquilibrage énergétique, endocrinien,…

Différentes formes existent

  • non extractives : les formes galéniques comme les espèces ( qui ne sont qu’en d’autre terme les plantes médicinales séchées, mondées, incisées…), les poudres, les SIPF ( les suspensions intégrales de plantes fraîches) et les sucs
  • extractives : les tisanes, les extraits aqueux, alcooliques, lipidiques,…
  • formes obtenues par distillation à la vapeur d’eau : huiles essentielles, hydrolats, alcoolats
  • sucrées comme les sirops
  • puis celles à base de corps gras : baumes, cérats, crèmes
  • et pour finir les autres comme les cataplasmes et les fumigations

Quelles sont les formes galéniques des plantes médicinales ?

Espèces

Un autre terme pour parler des plantes sèches qui serviront ensuite à de multiples préparations

Poudres

Ce sont des préparations solides, composées de particules plus ou moins fines.

Elles renferment la plante dans son intégralité c’est le « totum » végétal.

On peut en faire des gélules ou des cataplasmes ou bien les consommer tel quelle.

SIPF

Il s’agit de congeler la plante fraîche après sa récolte.

En principe, cela permet de conserver les principes actifs de la plante mais pas l’eau cellulaire énergétique qui est alors modifiée.

Sucs

Le jus tout simplement de la plante fraîche obtenu une fois que celle-ci est pressée.

Cet extrait peut être plus ou moins liquide.

Attention, cette forme ne se conserve pas très bien, c’est donc à consommer tout de suite.

Tisane

Appelée aussi extrait aqueux.

La forme galénique préférée des herboristes car cette forme est traditionnelle et ancrée dans notre patrimoine culturelle.

L’eau est le moyen d’extraction des principes actifs.

Ces derniers sont hydrosolubles mais pas seulement il y a un peu d’huile essentielle puisque la chaleur fait éclater les cellules végétales.

Elle peut prendre la forme soit c’est

  • une infusion : la plante est mise dans l’eau froide.

On porte à ébullition et dès que celle-ci apparaît, on met hors du feu et on couvre pendant 10 minutes.

  • ou alors une décoction : c’est le même processus sauf que l’ébullition se fait sur plusieurs minutes.
  • soit une macération : les plantes médicinales sont placées dans l’eau froide pendant plusieurs heures.

On parle de digestion entre 37°C et 100°C

Mucilage correspond à un extrait aqueux un peu épais dû à la présence de composants chimiques mucilagineux ( retrouvés dans la guimauve, mauve,…).

Teinture

C’est le résultat de l’action dissolvante de l’alcool sur les plantes sèches.

Elle peut être simple ( une seule plante) ou composée ( plusieurs plantes).

La plupart du temps obtenue par macération à froid.

Alcoolature

Elle se différencie de la teinture étant donné qu’elle est le résultat de l’action dissolvante de l’alcool sur les plantes fraîches.

Celles-ci sont obtenues par macération à froid.

Elixir

Mélange d’une solution alcoolique ( teinture ou alcoolature) avec des sucres.

Macérat glycériné ou gémmothérapie

C’est l’emploi des bourgeons frais ou d’autres tissus végétaux (jeunes pousses ou radicelles) que l’on fait macérer dans de la glycérine alcoolisée.

Le produit final obtenu détient une grande partie des principes actifs de la plante sans dégradation.

C’est une technique réservée aux laboratoires.

La plante médicinale est congelée puis il y a de multiples extractions successives dans l’eau et l’alcool.

Puis le résultat est mis dan sla glycérine après évaporation de l’alcool.

Extraits fluides

Ils sont réalisés à partir du végétal qui est épuisé, réduit en poudre puis soumis à de nombreuses lixiviations avec passage dans l’alcool.

Préparation non chauffée et la concentration en constituants chimiques est égale à celui de la plante.

Extraits secs

C’est la déshydratation d’un extrait fluide en poudre.

Ce produit est donc en général très concentré mais il n’aura que les principes actifs solubles dans l’eau et l’alcool.

Extraits au CO² super critique

Le procédé d’extraction au CO² permet d’obtenir des extraits sous la forme la plus naturelle qui soit et de préserver leurs composés actifs.

En effet, la plante n’est pas chauffée et l’extracteur est le CO2 qui exerce une pression sur le végétal.

Extraits lipidiques

Les principes actifs de la plante sont extraits grâce à l’huile : c’est une macération huileuse.

L’huile est l’agent extracteur si il n’y a pas de chauffe c’est une macération.

Au contraire, il s’agit d’une digestion si la macération est à 37°C.

Comme l’extrait lipidique d’arnica, de calendula, de pâquerette…

Extractions par le vin

Elle est donc hydro-alcoolique et donne un vin médicinal.

Le vin rouge s’emploie pour les plantes toniques, le blanc pour les plantes diurétiques et les vins doux pour satisfaire le goût.

Huiles essentielles

Elles représentent les produits obtenus par la distillation par entraînement à la vapeur d’eau.

Ce mode d’extraction récoltent les essences contenues dans les plantes aromatiques (sauf les agrumes où il s’agit d’une pression des zestes). On utilise un alambic.

Hydrolats

Ce sont les eaux chargées, par distillation, des principes volatils contenus dans les végétaux.

On utilise l’alambic.

On isole l’huile essentielle du distillat.

C’est le deuxième produit obtenu par ce mode d’extraction.

Alcoolats

Tout simplement, le résultat d’une distillation d’une alcoolature, ou d’une teinture.

Le taux d’alcool est très élevé.

Exemple : alcoolat de mélisse composé.

Sirops

Il s’agit de préparations liquides contenant une forte proportion de sucre.

On les réalise soit à partir d’un infusé, décocté, sucs de plantes, eaux distillées,…

Citons simplement les électuaires (pâte molle), mellites ( préparation avec du miel), oxymellite (avec du vinaigre) et les pâtes ainsi que les tablettes et pastilles ( à la menthe).

Baumes

Préparations odorantes qui contiennent une assez forte proportion d’huiles essentielles avec des corps gras.

Cérats

Quand on mélange de l’huile et de la cire.

Pommades

A usage externe, de consistance molle, ayant pour base un ou des principes actifs associés à un corps gras.

Crèmes

Ce sont es pommades dont la phase aqueuse est importante (émulsions).

Cataplasmes

Bouillie épaisse que l’on applique à la surface du corps.

Fumigations

Elles consistent à absorber des substances par voie respiratoire.

Gargarismes, bains de bouche, bains de pieds

On préférera réaliser des décoctés qui parfois sont concentrés ( réduction du volume d’eau de 1/3).

 

Voilà,j’espère que maintenant certaines notions sont un peu plus claires.

De toute façon, rien ne vaut la pratique !

Please follow and like us: